Beyrouth (Liban) Langue Carnets de voyage Gastronomie Vie quotidienne À propos Revue de presse Hors-série Travail

Carnets de voyage > Stand de tir au Liban

Article mis en ligne le 20/02/2017 à 22:33 et mis à jour pour la dernière fois le 30/05/2017 à 15:37

De (re)passage au Liban, j’ai essayé un stand de tir, étant tireur à mes bal…euh, heures perdues.

Un ami libanais m’ayant parlé du stand de tir Josons (ou LASC pour Lebanese Army Shooting Club), je nonobste cette faute de conjugaison et j’ose (ce qui est l’orthographe correcte) tenter l’aventure.

Première visite

Ce stand est situé dans un complexe sportif militaire à Mar Rokouz, ce qui n’est pas très loin de mon Q.G. de Dekwaneh mais pas super accessible à pieds (route qui monte sans trottoir la plupart du temps). Bref, j’ai fini par y arriver (après avoir pas mal cherché mon chemin).

Un bon point pour commencer : le stand est ouvert apparemment tous les jours de 13 à 22 heures. Pratique quand on part à 19h mais qu’on se perd sur la route.

Le stand étant situé dans un complexe militaire, vous devrez prévoir des documents d’identité en règle et 2-3 contrôles avant de pouvoir tirer. Pas besoin d’être libanais pour entrer.

Une fois sur place, vous choisissez votre formule. De mémoire, ça va de 30000 à 100000 livres environ. J’ai opté pour ma première fois pour celle à 51000, avec pistolet 9mm au choix (parmi ceux disponibles, le brave SP2022) et arme d’épaule type M-4 9mm, avec 50 cartouches à répartir à l’envie entre les deux armes. Une fois dans le stand, le moniteur vous accueille…et vous tend les armes sans poser de question (niveau, connaissance de l’armement,…). Il reste disponible en cas de question (la barrière linguistique est parfois problématique), mais reste étonnamment discret pour un débutant dans une telle discipline.

À noter que le stand propose un wifi gratuit de bonne qualité via Facebook Wifi, un petit bar, des fauteuils, des articles de tir…

En résumé, une très bonne expérience, très bon accueil et prix raisonnables. Bon à savoir pour ne pas perdre la main pendant mes prochaines vacances…

Mise à jour (26/05/2017) : j’y suis retourné, j’ai opté pour un pack incluant une arme d’épaule type AKS-74U, avec possibilité de tir en mode rafale, avec 20 cartouches, pour environ 37000 livres.

Le sujet traité dans cet article m’a laissé une impression positive.

Dans la même catégorie Carnets de voyage

Visa libanais pour ressortissant français
Mon arrivée à Beyrouth
Trafic routier* à Beyrouth
J’habite à Hamra
Mais qui est Eugène Tibert ?
Ce qui me manque après le Liban…
DVD pas chers à Beyrouth
Expulsé du Liban ! (ou presque :D)
Wadi Qadisha (la Vallée sainte) - épisode 1
Wadi Qadisha (la Vallée sainte) - épisode 2
Le chauffeur de taxi proxénète
Renouvellement du visa à la Sûreté Générale
Chute d’eau de Baatara ou Gouffre des Trois Ponts
J’suis parti !
Ce qui ne me manque pas…
Je repars au Liban !
Wifi à l’aéroport de Beyrouth Rafik Hariri
Un tour en bateau à Raouché
Jezzine, ses chutes d’eau…

Posez vos questions ou commentez l’article :

© jean-baptiste matthews