Beyrouth (Liban) Langue Carnets de voyage Gastronomie Vie quotidienne À propos Revue de presse Hors-série Travail

Carnets de voyage > Ce qui me manque après le Liban…

Article mis en ligne le 25/11/2014 à 12:59 et mis à jour pour la dernière fois le 25/11/2014 à 13:01

Nostalgie quand tu nous tiens !

Même si j’y ai passé quelques jours par ci par là, cela fait quand même plus d’un an que mon séjour de quelques mois au Liban a pris fin. J’ai ensuite passé presque un an en Allemagne (mais pas pour les vacances, qu’allez-vous penser là : non non, j’étudiais studieusement de studieux sujets) et suis maintenant de retour en France. Bref, le temps est venu de voir un peu ce qui me manque maintenant que je suis rentré (on va dire que les amis, les rencontres, ça ne compte pas, parce que c’est évident, et en plus ça n’intéresse personne).

Avertissement : la liste qui suit révèle les plus égoïstes de mes bas instincts !

La nourriture !

En premier sur la liste : la nourriture ! J’ai essayé pas mal de restaurants libanais, mais évidemment, je n’ai pas retrouvé les mêmes sensations qu’au Liban (c’est sûrement psychologique, je vous l’accorde, m’enfin je suis sûr qu’il y a une part de vrai !). Sans oublier les prix, bien sûr.

Les livraisons et les horaires !

La livraison à domicile, les horaires d’ouverture : entre l’Allemagne ou ma Normandie, pas de grande différence à ce niveau. Après 22 heures maximum, bonne chance pour trouver où manger. La comparaison avec une capitale n’est évidemment pas extrêmement juste, mais quand même, allez vous faire livrer un KFC à 3 heures du matin à Paris pour voir ? Bon, à Paris, j’ai pu trouver un steak-frites à 8h du mat, mais il était encore pire que les frites du KFC libanais.

La proximité

Là encore, une comparaison injuste. Mais quand on s’est habitué à vivre à 5 mins de la mer, et à 1-2 heures de la montagne, on se demande quand même ce qu’on est venu s’enterrer dans mon charmant village de 400 habitants (remarquez qu’il y a un étang ici).

La conduite routière

Oui oui, ça ne doit pas être courant mais j’adore conduire au Liban. J’en a déjà parlé, donc je ne m’étendrai pas trop dessus. N’empêche que ça sent bon la liberté (et la pollution, mais on n’a rien sans rien).

Le sujet traité dans cet article m’a laissé une impression positive.

Dans la même catégorie Carnets de voyage

Visa libanais pour ressortissant français
Mon arrivée à Beyrouth
Trafic routier* à Beyrouth
J’habite à Hamra
Mais qui est Eugène Tibert ?
DVD pas chers à Beyrouth
Expulsé du Liban ! (ou presque :D)
Wadi Qadisha (la Vallée sainte) - épisode 1
Wadi Qadisha (la Vallée sainte) - épisode 2
Le chauffeur de taxi proxénète
Renouvellement du visa à la Sûreté Générale
Chute d’eau de Baatara ou Gouffre des Trois Ponts
J’suis parti !
Ce qui ne me manque pas…
Je repars au Liban !
Wifi à l’aéroport de Beyrouth Rafik Hariri
Un tour en bateau à Raouché
Stand de tir au Liban
Jezzine, ses chutes d’eau…

Posez vos questions ou commentez l’article :

12/10/2016 à 00:46:38
yooooo 😞 et rien sur l’accueil d libanais in pays avec jbeil habite depuis 7000 ans en continu d cèdre 🎄 tri millénaires.... etc etc shou sar hbb ? ken fi meskel? et lq. douceur climatique 3an jadd ????

04/12/2016 à 16:16:58
L’accueil libanais est bien, mieux que l’accueil français, mais je connais pas mal de pays bien plus accueillants que le Liban

© jean-baptiste matthews