Beyrouth (Liban) Langue Carnets de voyage Gastronomie Vie quotidienne À propos Revue de presse Hors-série Travail

Vie quotidienne > Se baigner au Liban - Les plages libanaises

Article mis en ligne le 16/03/2014 à 00:41 et mis à jour pour la dernière fois le 29/05/2017 à 03:48

C’est plus la saison mais j’avais oublié d’en parler !

À Tripoli (ou pas loin)

Pas vu de plage non plus, mais pas loin du centre-ville (peut-être dans le sud-ouest du quartier El-Mina, pas sur), on est tombé par hasard sur un bateau-taxi. Pour 3000 LL (1,5 €) par passager, il s’arrête de rocher en rocher (situés à quelques centaines de mètres du rivage), où vous pouvez débarquer pour pique-niquer ou vous baigner au milieu de l’eau (c’est pas des îles hein, vraiment de gros rochers qui dépassent). Comme d’habitude au Liban, on peut sauter du bateau en route. Si j’avais su, j’aurai pris mon maillot !

À Beyrouth

Il n’y a pas 36000 choix, la plage publique ou quelques rochers, et peut-être quelques plages privées, dont celle de l’université américaine.

La plage publique de Beyrouth est plutôt propre, pas désagréable, et même si ce n’est pas très répandu chez la population locale, il n’y a pas de problème pour une femme occidentale à se baigner en deux-pièces plutôt que couverte (après expériences répétées :P). La mer est assez propre, il y a des vagues un peu hautes quand on s’éloigne un peu, bref, ce n’est pas mal. Ma famille m’a parlé de courants dangereux si on s’éloigne un peu, à surveiller mais bon, ça date peut-être de Mathusalem.

À Saida / Sidon

Une bien jolie plage aux allures de décharge publique. À éviter.

Pas de certitudes mais les mentalités sont peut-être un peu moins tolérantes ici. Nos amis syriens ont recommandé à la copine américaine de garder un t-shirt sur elle pendant la baignade (et 10 minutes après on s’est aperçu que j’exposais mon postérieur au public en raison d’un trou de 10 centimètres dans mon short, mais bon).

À Tyr

Je n’ai pas vu la plage, mais la mer m’a semblé très belle quand j’y suis allé en février 2014 (en plus le soleil tapait dur). Mais bon, la mer est toujours plus belle chez le voisin.

À Jiyeh

Un peu après Saïda, sur la routh de Beyroute, j’avais complètement oublié une plage privée (et payante) présente là-bas jusqu’à ce qu’une covoitureuse m’en reparle ! Très propre, très calme, peut-être 10000 LL par personne l’entrée.

Le sujet traité dans cet article m’a laissé une impression positive.

Dans la même catégorie Vie quotidienne

Les coupures d’électricité
Taxis à Beyrouth
La monnaie au Liban
Téléphone portable à Beyrouth
Livraison à domicile à Beyrouth
Transports en commun au Liban
Courir à Beyrouth
Caissières à Beyrouth
Bus à Beyrouth
Louer une voiture à Beyrouth
Conduire au Liban
Roue crevée ? Le Liban a la solution
Écran d’iPhone cassé au Liban
T-shirt du Hezbollah
La sécurité au Liban
Ceinture de sécurité au Liban
Monoprix à Beyrouth
Carte SIM au Liban
Papier toilette au Liban
Eau du robinet au Liban
Prises électriques au Liban

Posez vos questions ou commentez l’article :

30/05/2015 à 02:03:25
Sans station d’épuration... La mer est propre... ?!!!!

27/08/2015 à 13:47:30
apparemment non

04/12/2016 à 16:03:42
Par contre, là je ne suis pas d’accord. La mer à Beyrouth est infecte; on y déverse les poubelles. Attention risque de maladie. Pour les femmes, ne surtout pas y aller. Les hommes qu’on y rencontre sont vulgaires et ne pensent qu’à une chose.

05/12/2016 à 06:46:41
Je préciserai : ne pas y aller seule. Quant aux maladies, n’ayant pas procédé aux analyses nécessaires, je me base sur ma seule expérience ;)
Merci pour votre contribution.

15/12/2016 à 19:12:53
sans compter les méduses depuis quelques été qui se donnent rdv pour vous faire la fête..

04/09/2017 à 19:23:21
Bonjour, je suis un habitué des fonds marins en Méditerranée, et les plages du Liban et surtout l’eau sont dans un état catastrophique faute de station d’épuration. À Beyrouth, quand vous descendez du quartier de Hamra, vous pourrez voir nombre de pêcheurs qui pêchent à l’endroit même où les eaux tombent en cascade dans la mer. L’eau est très trouble or il ’y a pas de marée et il n’y avait pas eu de gros orage avant mon arrivée. Variété de poissons faible, peu d’algues, et ce également plus au nord à Biblos où là la mer était couleur pastis et où j’ai nagé dans des agglutinations de bouts de plastique flottant! Plus au sud du Liban, un peu plus de clarté, mais faune sous-marine de faible diversité, présence de nombreuses particules organiques grèvant d’autant la visibilité! Mon pire souvenir de nage/snorkeling en Méditerranée.

© jean-baptiste matthews