Beyrouth (Liban) Langue Carnets de voyage Gastronomie Vie quotidienne À propos Revue de presse Hors-série Travail

Langue > Apprendre l’arabe au Saifi Institute

Article mis en ligne le 26/01/2013 à 21:56 et mis à jour pour la dernière fois le 06/03/2013 à 18:01

Apprendre l’arabe au Saifi Institute, c’est comment ?

Quelques mots sur le Saifi Institute

Petit piège : le Saifi Institute ne se situe pas à Saifi mais dans le quartier voisin de Gemmayzeh. Plus d’informations sur leur site Web : http://saifiarabic.com

Il s’agit d’une école, d’un restaurant (assez bon marché, et une carte à se pourlécher les babines) et d’une sorte d’auberge de jeunesse. Ambiance très conviviale et internationale, tarifs abordables, cadre très sympa et suffisament isolé pour oublier la circulation et le reste. Connexion wifi gratuite.

Promis, je n’ai rien touché pour leur faire de la pub :D

Les cours d’arabe classique : choix du niveau

Déjà, il faut maîtriser un minimum la langue de Shakespeare (si vous ne savez pas qui c’est, j’ai envie de dire que c’est mort pour vous :D - désolé pour la blague un peu pédante), car les cours sont en anglais (voire en arabe pour les cours avancés, j’imagine).

Vous avez le choix entre différentes classes (arabe classique ou libanais) et niveaux (de débutant à avancé pour l’arabe classique, si vous souhaitez vous spécialiser dans un domaine précis).

J’ai commencé avec l’arabe classique, qui je le rappelle est censé être compris et parlé par une grande partie de la population du monde arabe (c’est la langue utilisée par les chaînes de télévision arabophones diffusant sur plusieurs pays, par exemple), donc je ne traiterai ici que du cours d’arabe classique débutant, intensif (trois fois 3 heures par semaine).

Pré-requis nécessaires pour débutants ?

J’ai été placé dans le cours débutant complet, malgré une connaissance relativement correcte de l’aphabet et une première approche de la langue via la méthode Assimil (si vous avez déjà quelques notions, ils vous font passer un test pour déterminer plus précisément votre future classe). Je ne sais pas s’ils auraient ouvert une autre classe si je n’avais pas ces premières bases (mes camarades connaissaient déjà plus ou moins l’alphabet également), mais il me semble qu’il m’aurait été vraiment très difficile de commencer sans connaître l’alphabet.

Si vous n’avez vraiment aucune base (notamment concernant l’écriture), prévoyez évidemment beaucoup plus d’heures de travail personnel au début.

Ensuite, j’ai eu la chance de tomber sur une classe de…trois élèves. Donc quasiment des cours particuliers, pour en moyenne 10 USD de l’heure (quasiment des cours particuliers, bien plus abordables que ceux sur lesquels je m’étais renseigné au début, à 30 USD de l’heure, dans une école de Hamra). Total : 361 euros pour 40 heures + le livre. Paiement par CB accepté.

Comment ça se passe en cours + travail personnel

Il faut évidemment tenir compte du contexte particulier (2-3 élèves seulement, je le rappelle), mais il ne s’agit pas du tout (heureusement) d’un cours magistral. C’est très vivant, la prof nous invite à passer le plus possible par l’arabe pour poser nos questions, on alterne entre lecture, expression, grammaire, exercices...

Il y a des devoirs à faire à la maison, corrigés ensemble en cours : textes à trou à compléter sous la dictée du CD fourni avec le livre, vocabulaire à apprendre (une trentaine de mots par leçon du livre, plus un nombre de mots donnés par la prof dépendant de votre curiosité pendant le cours ^^).

J’évalue le temps de travail personnel minimum (donc celui d’un mégasurdoué ou d’un super flemmard - je vous laisse choisir quel qualificatif me correspond le plus :D) à 2h par jour, donc 4h par leçon. Le livre, lui, parle de 2h de travail personnel par heure de cours, mais je vous avouerai que…Enfin bref.

Résultats

J’ai commencé les cours le 7 janvier (encore une fois avec quelques bases), et après trois semaines, je peux me faire comprendre pour certaines conversations simples sur moi-même, ma famille, demander si on peut manger dans la voiture (pratique pour faire la conversation avec le chauffeur de taxi :D). Il faut par contre signaler à l’interlocuteur qu’on ne comprend pas le libanais et qu’on souhaite tenir la conversation en arabe littéral (langue qu’il parlera très probablement).

Lundi, c’est le premier examen de la session. Je vous laisse, j’ai à réviser :D

Je vous tiendrai au courant de la suite des opérations…

[Mise à jour : premier examen validé]

Le sujet traité dans cet article m’a laissé une impression positive.

Dans la même catégorie Langue

Où apprendre l’arabe libanais ?
Quelques mots sur l’arabe libanais
Où apprendre l’arabe littéral/classique à Beyrouth ?
Quelques mots sur l’arabe classique
Trouver un tandem à Beyrouth
Lire Tintin en arabe
Protéger les BD en arabe

Posez vos questions ou commentez l’article :

27/04/2013 à 15:53:36
hello, je suis etudiante en langue et litterature orientale ( arabe classique :-) BA 3) je souhaiterais suivre ces même cours cet été ?08 ou 09/2013 est ce possible ,sont-ils accessibles aux filles ? et quand débutent les sessions..et ou loges-tu ?
jordann W

28/04/2013 à 00:10:52
Bonsoir,
Les cours sont accessibles à tous. Je ne peux pas répondre pour le calendrier mieux que leur site web...
Je loge à Hamra, c’est à plus ou moins 15-20 minutes en taxi-service selon le trafic...
Jean-Baptiste

08/08/2015 à 18:51:38
Bonjour, Je cherche un pays où suivre des cours d’arabe, le conseilles tu ?

11/08/2015 à 09:38:32
Bonjour,
oui, mais je n’ai pas essayé d’autre pays arabe !

21/01/2016 à 16:54:19
Bonjour, je pense à étudier dans cette école mais j’ai vraiment du mal à cerner mon niveau. Pourrais tu me dire sur quoi ils se basent pour le test d’évaluation de départ ? Dialogue, question de grammaire... ( je demande ça car je suis bien meilleure en théorie qu’en pratique pour le momenrt) merci

22/01/2016 à 13:42:23
Salut, comme répondu par mail, pour moi qui était faux-débutant, il s’est seulement agi d’un test de compréhension de phrases simples ("comment avez-vous appris l’arabe ?"), puis de lecture de mots. Le test n’a pas eu à être poussé plus loin !

© jean-baptiste matthews