Beyrouth (Liban) Langue Carnets de voyage Gastronomie Vie quotidienne À propos Revue de presse Hors-série Travail

Carnets de voyage > Notre Dame du Liban (Harissa)

Article mis en ligne le 23/04/2019 à 18:08 et mis à jour pour la dernière fois le 23/04/2019 à 18:09

Quel rapport entre une sauce de kebab et la Sainte Vierge, me direz-vous ?

Déjà, sachez, ignare que vous êtes, que le Harissa dont nous traitons ici n’a aucun rapport avec la gastronomie, la sauce (que vous connaissez sûrement) provenant de Tunisie.

Ceci étant posé, Notre Dame du Liban (ou de Harissa, du nom de la localité locale) est une statue représentant, vous l’aurez deviné, Notre Dame / Sainte Marie. C’est un lieu pélerino-touristique assez important au Liban. Il y a en plus de la statue une église avec des messes (très) souvent, une boutique de souvenirs, et le fameux téléphérique qui relie le bord de mer (la localité de Jounieh) à Harissa, qui est situé en hauteur.

Accès au téléphérique

L’accès à Harissa par la route ne pose pas de difficulté particulière et n’est d’ailleurs pas intéressant pour un blog du standing de celui-ci. C’est donc par le téléphérique que j’accède en général à Harissa.

Vous pouvez prendre le bus de Beyrouth jusqu’à Jounieh (le 6 par exemple) puis marcher (ce que je fais) ou prendre un taxi-service jusqu’à l’accès qui se situe en quasi bord de mer, entre cette dernière et la voie rapide.

Le téléphérique

Comptez 11000 LL par personne (hors réductions éventuelles) pour l’aller-retour dans une cabine qui vous offrira une très belle vue sur la mer et les alentours.

Le trajet dure quelques minutes et, honnêtement, l’état général de l’installation n’inspire pas de défiance particulière, même pour moi qui suis un peu sujet au vertige.

La cabine passe au dessus de la voie rapide, longe littéralement quelques immeubles résidentiels (qu’ils doivent être contents les habitants), avant de survoler de la végétation puis d’arriver à bon port. Ensuite, un funiculaire (ou des escaliers pour les courageux) vous conduit gratuitement jusqu’au niveau où vous trouverez statue, église et marchands du temple.

Notre Dame de Harissa

Il s’agit d’une statue sous laquelle se trouve une petite chapelle ; le tout fait environ trente mètres de haut si je ne m’abuse. Vous pouvez accéder par un escalier jusqu’aux pieds de la statue.

Certains viennent se recueillir, certains pour la vue, d’autres pour les deux. Quelle que soit votre catégorie, je pense que les quelques marches à gravir valent le coup.

Le sujet traité dans cet article m’a laissé une impression positive.

Dans la même catégorie Carnets de voyage

Visa libanais pour ressortissant français
Mon arrivée à Beyrouth
Trafic routier* à Beyrouth
J’habite à Hamra
Mais qui est Eugène Tibert ?
Ce qui me manque après le Liban…
DVD pas chers à Beyrouth
Expulsé du Liban ! (ou presque :D)
Wadi Qadisha (la Vallée sainte) - épisode 1
Wadi Qadisha (la Vallée sainte) - épisode 2
Le chauffeur de taxi proxénète
Renouvellement du visa à la Sûreté Générale
Chute d’eau de Baatara ou Gouffre des Trois Ponts
J’suis parti !
Ce qui ne me manque pas…
Je repars au Liban !
Wifi à l’aéroport de Beyrouth Rafik Hariri
Un tour en bateau à Raouché
Stand de tir au Liban
Jezzine, ses chutes d’eau…

Posez vos questions ou commentez l’article :

© blog-beyrouth.info