Beyrouth (Liban) Langue Carnets de voyage Gastronomie Vie quotidienne À propos Revue de presse Hors-série Travail

Gastronomie > Restaurants à Beyrouth

Article mis en ligne le 16/07/2016 à 17:02 et mis à jour pour la dernière fois le 21/07/2016 à 00:52

Petite séance critique personnelle.

À Hamra

Je vous déconseille le Duke (près du Costa Café), malgré une toute nouvelle terrasse surplombant la rue principale de Hamra. On a commandé trois limonades (certes bonnes) et trois assiettes plutôt frugales avec fromage et labneh (avec tomates, olives et concombres). Le pain était parfois chaud mais ça n’a pas suffit à dissimuler sa sécheresse. Au final, on en a quand même eu pour 71000 livres (42 euros) !

À Gemmayzeh

Le restaurant du Saifi Institute, situé près de la station service Coral, propose pas mal de plats plus ou moins typiques, simples mais savoureux, des prix très corrects. Pour moins de 30000LL, on a eu droit à un grand verre d’Arak "maison", un Pepsi, deux bières Almaza, du houmous et des rouleaux de fromage, avec du pain en abondance.

L’ambiance est aussi sympa, avec des jeux à disposition (type backgammon, échecs,…) et autant d’étrangers que de locaux, jeunes ou moins jeunes.

Dans la même catégorie Gastronomie

Le houmous
Pain libanais
Force-feeding : Comment empêcher une grand-mère libanaise de vous nourrir ?
Glaces libanaises

Posez vos questions ou commentez l’article :

18/07/2016 à 15:39:26
Comment pourrais-je vous contacter ?

18/07/2016 à 16:33:41
Bonjour, vous pouvez me contacter à l’adresse jeanbaptiste point matthews @gmail.com !

19/07/2016 à 12:44:38
Bonjour,
de passage sur votre site avant mon départ en fin de semaine pour Beyrouth, je tiens à vous remercier de votre blog.
Cordialement

05/08/2016 à 16:45:39
Bonjour,
de retour de mon séjour je voulais juste rappeler qu’il vaut mieux ne pas boire l’eau du robinet à Beyrouth (ce qui paraîtra évident à certains) !
Bon voyage à tous

05/08/2016 à 17:04:20
Bonjour, c’est pas faux, et je ne me rappelle pas l’avoir mentionné dans un article, honte à moi ! Merci

© jean-baptiste matthews